Tabac

PHILIP MORRIS FRANCE | Daniel Bruquel, chef du service de prévention du commerce illicite : « 11,8 % de la consommation de cigarettes en France est issue de la contrefaçon »

30 juin 2021. Selon l’étude KPMG, le marché parallèle total de cigarettes a atteint 30,4 % de la consommation française en 2020. Une part en très légère hausse, marquée par l’explosion de la contrefaçon.  

Pourquoi n’existe-t-il aucune autre étude au niveau européen sur les trafics de tabac, à part celle de KPMG ? 

Daniel Bruquel : Il y a eu des tentatives afin de mettre en place une étude indépendante de l’industrie du tabac, mais elles n’ont pas abouti. Pour permettre de disposer tout de même de données sur les trafics permettant de mener les actions de lutte adéquates, Philip Morris International finance donc proactivement et seule depuis deux ans l’unique étude européenne sur le marché parallèle du tabac, qui est menée par l’institut KPMG depuis 2006. Que PMI soit seul financeur de cette étude ne signifie pas que celle-ci ne soit pas éclairante sur le phénomène, robuste dans ses résultats et précieuse pour orienter les actions de lutte contre les trafics. 

En France et en 2020, le total du marché parallèle a-t-il encore augmenté ?

Si l’on totalise les achats transfrontaliers, le duty free, la contrebande et la contrefaçon en 2020, on observe que les achats hors du réseau des buralistes français représentent 30,4 %, soit une hausse de 0,3 point par rapport à 2019 (30,1 %). Cette consommation de tabac hors du réseau des débits de tabac est donc très légèrement en croissance. Rappelons qu’en 2019, c’étaient les achats transfrontaliers qui étaient majoritaires sur ce marché parallèle. En revanche, en 2020 avec les fermetures de frontières, les achats frontaliers comme la contrebande ont baissé d’environ 30 %. En revanche, la contrefaçon a augmenté de 609 %. Ces cigarettes sont vendues dans la rue ou sur les réseaux sociaux entre 3 et 5 € le paquet. A Lille par exemple, on a compté presque 30 % de paquets de cigarettes de contrefaçon en 2020. 

Pourquoi les achats transfrontaliers et la contrebande baissent-ils autant ?

Deux raisons à cette chute. Tout d’abord en 2020, les particuliers français n’ont pas pu traverser les frontières hexagonales comme à l’accoutumée, en raison de la crise sanitaire. Ensuite, l’autorisation d’achats dans les pays frontaliers est passée pour les Français de 4 à seulement 1 cartouche de cigarettes en 2020 ; Enfin les achats transfrontaliers et la contrebande obligent les consommateurs à acheter leur tabac pour plusieurs semaines ou mois, afin de rentabiliser leur déplacement. Ces achats massifs dans les pays frontaliers coûtent donc cher au départ : Rappelons que le paquet de 20 cigarettes de la marque la plus vendue est en moyenne à 5 euros en Espagne, à 6,80 € en Belgique, à 5,40 € au Luxembourg, ou encore à 7,20 € en Allemagne. De leur côté, les réseaux criminels ont très vite organisé leurs circuits de vente de cigarettes de contrefaçon, qui ont pris le dessus grâce à leur faible coût de production sans aucune taxe. Ces cigarettes contrefaites à vil prix peuvent être acquises en petites quantités, contrairement aux achats à l’étranger. 

Plus précisément où en est la contrefaçon de cigarettes en France ?

La contrefaçon en 2020 a atteint 11,8 % de la consommation totale en France, contre 2 % en 2019, soit une augmentation de 609 %. Cela représente un volume de 6 milliards de cigarettes, ou l’équivalent de quelques 300 millions de paquets contrefaits. Un phénomène lourd et très inquiétant.

Pourquoi la forte croissance de la contrefaçon est-elle si inquiétante ?

Les impacts négatifs de la contrefaçon sont de quatre ordres. Tout d’abord en termes de santé publique. Les cigarettes de contrefaçon sont produites dans des conditions sanitaires déplorables, au point qu’on y retrouve des traces d’excréments de rongeurs et divers autres déchets. Par ailleurs, elles ne respectent pas les taux et normes en vigueur en termes de fabrication de cigarette. D’autre part, ces prix bas - de 3 € à 5 € comparés au 10 € en moyenne dans le réseau légal pour un paquet de 20 cigarettes – apportent une « solution » aux fumeurs face à la hausse des taxes et des prix et participent à les enfermer dans leur consommation de cigarettes. Ils n’envisagent donc pas d’arrêter de fumer ou de réduire leur consommation grâce par exemple aux alternatives à risques réduits, telles que la cigarette électronique ou le tabac à chauffer. Enfin, l’impact en termes de sécurité publique est colossal. La petite criminalité prolifère aux sorties des réseaux de transport en commun, tandis que les organisations mafieuses complètent leur offre via les réseaux sociaux, qui irriguent l’ensemble du territoire jusqu’aux petites villes. Sur Facebook, nous relevions 200 propositions de vente de tabac par mois en 2019 et on est passé à 800 en 2020 pendant la période de confinement. Sans oublier, le dernier impact majeur qui concerne les buralistes, avec parfois de petits délinquants qui n’hésitent plus à se poster devant les bureaux de tabac pour vendre leurs cigarettes contrefaites. 

Les cigarettes de contrefaçon proviennent de quels pays ?

En 2020, la contrefaçon de paquets de cigarettes est entrée en France essentiellement par voie routière et autoroutière. La part du commerce illicite dans la consommation de cigarettes dans le pays a continué d’augmenter, confirmant ainsi l’évolution des modes opératoires des trafiquants. Les réseaux mafieux internationaux ont trouvé des relais dans la petite criminalité locale à travers toute la France. Celle-ci se fournit ainsi chez des « grossistes » de la contrefaçon. Ces trafiquants internationaux étaient déjà bien implantés en Pologne ou Roumanie. Devant les opportunités de ventes en France et au Royaume-Uni, où les prix de ventes de cigarettes sont très élevés, ils ont rapatrié leurs usines de contrefaçon dans les pays proches de l’Hexagone, afin d’alimenter plus facilement par voie routière leurs revendeurs. Ainsi, en 2020 les forces de l’ordre ont démantelé près de 130 usines de contrefaçon dans l’Union Européenne, dont 87 en Pologne et une quinzaine dans les pays frontaliers de l’Hexagone, tels que la Belgique, les Pays-Bas, ou l’Espagne. Selon les douaniers de ces pays, la France est systématiquement citée comme principale destination des produits contrefaits. Il faut savoir que ces usines de contrefaçon proches de la frontière française sont capables de produire 50 000 cartouches de cigarettes par jour. Ces unités de contrefaçon de cigarettes proches des frontières françaises étaient très peu nombreuses en 2019 et quasiment inexistantes en 2018.

Quel est le rang de la contrebande-contrefaçon française par rapport à l’Union Européenne ?

Les produits illicites du tabac consommés en France représentent 58% du total de l’Union Européenne. 

Notule : en 2020, KPMG a mené en France quatre études en ramasses-paquets hors périodes de confinement, avec un total de 100 000 paquets de cigarettes ramassés l’an passé.

 Tabac

Douanes | Contrefaçon de Marlboro : une usine clandestine démantelée en Seine-et-Marne

 Tabac

Assemblée nationale | Adoption d’une proposition de loi pour lutter contre la contrefaçon

 Tabac

Institut de Recherches Économiques et Fiscales | « Un noci-score pour adapter la taxation en fonction de la nocivité du produit »

 Tabac

Philip Morris France | Raison d’être : « Innover pour permettre aux fumeurs adultes d’arrêter la cigarette. »

 Tabac

Philip Morris International | Le cigarettier se diversifie dans l’industrie pharmaceutique

 Tabac

PHILIP MORRIS FRANCE | KPMG 2020 : un marché parallèle du tabac à 30,4 % de la consommation française

 Tabac

SEITA | KPMG : « 1 er pays d’Europe pour la contrefaçon »

 Tabac

DOUANE | Voyage à l’étranger : pas plus d’une cartouche de cigarettes au retour

 Tabac

PHILIP MORRIS FRANCE | Global Nicotine Forum : un colloque sur les alternatives au tabac qui se fume

 Tabac

PHILIP MORRIS INTERNATIONAL ET FRANCE | Jeanne Pollès : « Permettre aux fumeurs de sortir de la cigarette. »

 Tabac

PHILIP MORRIS FRANCE | Les anti-tabac ne doivent plus « s’accrocher à de vieilles lunes »

 Tabac

Philip Morris France | Lutte contre le tabagisme : Pas de « guerre secrète » !

 Tabac

PHILIP MORRIS FRANCE | Hausse des cigarettes de contrefaçon à Clermont-Ferrand