Tabac

Philip Morris International | Tonnage tabac en 2021 en France à - 6,2 % : « Une baisse en trompe-l'œil »

14 janvier 2022. Le média en ligne La Tribune a publié un point de vue de Grégoire Verdeaux, vice-président des affaires extérieures du cigarettier Philip Morris International.

Selon ce haut cadre français du groupe suisse PMI : « Certains se félicitent d'une baisse annoncée, de l'ordre de 6 %, des ventes de cigarettes en France en 2021 par rapport à 2020. Cette baisse serait l'exact reflet d'une baisse de la consommation due au succès de la politique mise en place par le gouvernement. La réalité est cependant tout autre, car cette baisse est en trompe-l'œil. Sous l'impact des mesures sanitaires et de la fermeture des frontières, les ventes domestiques de cigarettes avaient ponctuellement gonflé en 2020 : la baisse dont on se félicite aujourd'hui ne traduit finalement qu'un retour à la normale. Surtout, présenter cette (très relative) baisse des ventes en 2020 comme une baisse de la consommation est un artifice, pour masquer le complet échec de la politique des 20 dernières années, tous gouvernements confondus, en matière de prévalence tabagique.

La pire prévalence tabagique de l’Europe de l’Ouest

Car la France applique avec entêtement une politique traditionnelle en matière de tabac – prévention, cessation, taxation – qui ne fonctionne pas, et lui confère la pire prévalence tabagique (25 % de la population adulte) de toute l’Europe de l’Ouest. Elle conjugue d'ailleurs inefficacité et iniquité, puisqu’elle accroît inexorablement la pression fiscale sur des fumeurs, dont le profil économique et social est généralement des plus modestes. Ils sont ainsi 33,3 % à fumer parmi les revenus les plus modestes, quand la prévalence tabagique tombe à 18 % chez les Français qui gagnent le mieux leur vie. L’État, qui perçoit 84 % du prix acquitté à l'achat d'un paquet de cigarettes, n'aurait-il pas mieux à faire que de continuer à prélever plus de 2 000 euros d'accises par an en moyenne sur des personnes dont beaucoup ne gagnent pas assez pour acquitter l'impôt sur le revenu ? Est-ce en grevant à grand renfort de taxes le pouvoir d'achat des plus défavorisés que l'on pense les pousser à arrêter de fumer ? Comment passer ainsi sous silence les chiffres de Santé publique France qui montrent chaque année qu'ils sont ceux qui fument le plus, subissant par là même une double peine sanitaire et économique plus lourde encore à supporter ?

Et malheureusement, le désastre ne s'arrête pas là. Car chacun sait que cette pression fiscale exacerbée a permis l'essor d'un marché parallèle de la cigarette illicite, soit de contrebande, soit (pire encore) de contrefaçon, où le prix du paquet chute à 5, voire 3 €. La France, seule, représente près de 60 % de tout ce marché illicite européen, et quand on sait les ramifications étroites qui unissent trafiquants, groupes mafieux et terroristes, on voit qu'il ne s'agit pas uniquement d'une question de fiscalité ou de santé publique.

L'exemple du Royaume-Uni

Une fois ce bilan établi, ne serait-il pas temps de regarder ce qui se passe chez nos voisins pour transposer chez nous les solutions qui fonctionnent ? Inutile d'aller chercher très loin. Au Royaume-Uni par exemple, qui présentait il y a 20 ans encore des chiffres aussi alarmants que les nôtres en matière de tabagisme. En intégrant dans leur politique de santé publique un principe de réduction des risques et des mesures de soutien au pouvoir d'achat des plus défavorisés, ils ont vu leur taux de prévalence tabagique chuter pour n'être plus que de 12 % aujourd'hui. L'approche basée sur le risque est en effet aujourd'hui au cœur des politiques discutées en Europe du Nord, en Europe centrale et dans certains pays anglo-saxons comme la Nouvelle-Zélande. Elle donne priorité au pragmatisme.

Quel est l'impact du principe de précaution, c'est-à-dire du statu quo, lorsqu'en réalité, les politiques classiques de lutte contre le tabagisme ne fonctionnent pas ? Pourquoi ne pas ouvrir ce débat en France également ? Il est plus que temps aujourd'hui de s'intéresser vraiment aux fumeurs, de dépasser enfin les guerres de chapelles et autres dogmatismes pour rassembler, au-delà des clivages, tous les acteurs du secteur médecins, chercheurs, politiques, associations, fabricants –afin d'imaginer ensemble une politique de santé publique plus pragmatique et efficace qui les aide véritablement à arrêter de fumer. »


En savoir plus 

Grégoire Verdiaux, vice-président des affaires extérieures de Philip Morris International

 

 Tabac

Philip Morris France | Offre de rachat de Swedish Match pour 15 Md€

 Tabac

PMI | « En France, une prévalence tabagique à 6 % dans 10 ou 15 ans ?»

 Tabac

Philip Morris International | Conférence de Munich : les trafics de tabac alimentent la mafia et les terroristes

 Tabac

Philip Morris International | « Lutter contre la contrefaçon et promouvoir les alternatives au tabac »

 Tabac

Douanes | Tonnage des saisies : + 41,3 % en 2021

 Tabac

Philip Morris France | Cigarettes de contrefaçon : « Le coût de production n’est même pas de 1 € par paquet »

 Tabac

Philip Morris International | PMI répond au ministre de l’Intérieur

 Tabac

LOGISTA | Tonnage tabac 2021 : -6,2 % en volume sur l’année 2021

 Tabac

LOGISTA | Tonnage tabac 2021 : -4,5 % au 1er semestre et un ambigu +19% en novembre

 Tabac

Logista | Tonnage tabac en cumul octobre et novembre 2021 : -7,9 % sur deux mois au global

 Tabac

Logista | Tonnage tabac 2021 : - 4,5 % au 1er semestre et un catastrophique - 24,3 % en octobre

 Tabac

Logista | Tonnage tabac 2021 : -4,5 % au 1er semestre et -1,8 % en septembre

 Tabac

Logista | Tonnage tabac 2021 : - 4,5 % au 1er semestre et - 6,5 % en août

 Tabac

Logista | Tonnage tabac 2021 : - 4,5 % au 1er semestre et - 12,9 % en juillet

 Tabac

Logista | Tonnage tabac : -10,3 % en juin 2021 et -4,5 % au 1er semestre 2021

 Tabac

LOGISTA | Mai 2021 : - 7,6 % en tonnage tabac

 Tabac

LOGISTA | Avril 2021 : - 8,8 % en tonnage tabac

 Tabac

LOGISTA | 1er trimestre 2021 : + 0,9 % en tonnage tabac

 Tabac

DOUANES | Bilan des saisies : - 21 % en 2020 sur le tonnage de contrebande tabac