CBD

ÉDITO | CBD : le nouvel eldorado des buralistes ?

Beaucoup pensent que le réseau (23 800 débits de tabac actifs à la fin 2019) ne doit pas louper une telle occasion de saisir un marché en devenir, avant que les boutiques spécialisées CBD ne fleurissent dans toutes les villes, comme les vape-shops il y a quelques années (environ 3 200 établissements en 2020). Rappelons que même si les buralistes rattrapent peu à peu le retard pris dans le vapotage, avec environ 15 % des ventes entre la fin 2019 et le début 2020 (contre 10 % en 2018), les vape-shops enregistrent tout de même la moitié du chiffre d’affaires en France (plus d’informations dans le numéro de décembre de la Revue des Tabacs)

Qu'est-ce que le CBD ?
C’est l’une des molécules que l’on retrouve dans la plante de cannabis (aussi appelée chanvre). Certaines de ces molécules sont psychoactives comme le THC (Tétrahydrocannabinol), et à l’inverse d’autres ne le sont pas, comme le CBD (cannabidiol). Ainsi en France, comme dans l’Union européenne, le CBD ne doit pas contenir plus de 0,2 % de THC (et bientôt 0,3 % si l’on en croit un récent vote du Parlement européen). Le CBD n’aurait pas d’effet nocif sur la santé, ni ne rend dépendant, mais aurait des propriétés relaxantes très recherchées par les consommateurs.

Qu'est-ce qui a changé ?
La Cour de justice de l’Union européenne a publié le 19 novembre 2020 un communiqué sur son arrêt concernant le CBD : ainsi un État membre de l’UE ne peut interdire la commercialisation du cannabidiol légalement produit chez une de ces 27 nations, lorsqu’il est extrait notamment des fleurs de cannabis. La France va donc devoir faire évoluer sa législation et ainsi autoriser plus clairement les buralistes à vendre ces produits.

Que disent les autorités françaises ?
La Mildeca a publié le 24 novembre 2020 un communiqué sur son site internet au sujet de l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne. Ainsi la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives, qui est un organisme officiel financé par l’État, rappelle notamment qu’en France, sous peine de sanctions pénales, les produits à base de CBD « ne peuvent revendiquer des allégations thérapeutiques (...) et que les publicités en faveur de produits contenant du CBD ne doivent pas entretenir de confusion entre le cannabis et le CBD et faire ainsi la promotion du cannabis ».

Quels types de produits vendre ?

Il existe de nombreux produits à base de CBD : e-liquides (dont la Revue des tabacs s’est souvent fait l’écho), huile (un produit très populaire), gélules, crèmes, fleurs, bonbons, chocolats, barres énergétiques... Dans la perspective du développement de ce marché, la Revue des tabacs va multiplier les pages sur le CBD, notamment en termes d’actualités produits dans les prochains mois, de présentations de fournisseurs... 

 Tabac

L'Edito | CBD : vers une réglementation au début de 2022 ?

 CBD

CBD BICYCLETTE | Un fournisseur sans boutique physique

 CBD

HIGH SOCIETY | Une boutique spécialisée fermée à Valenciennes

 CBD

SYNDICAT DU CHANVRE | Un financement participatif assuré

 CBD

COUR DE CASSATION | Une jurisprudence CBD attendue pour le 16 février 2021

 CBD

SYNDICAT PROFESSIONNEL DU CHANVRE | CBD : Un marché à 1 milliard d’euros en France bientôt ?

 CBD

TRIBUNAL JUDICIAIRE DE QUIMPER | CBD : Un substitut du procureur attend une transcription dans le droit français

 CBD

NOUVEAU NUMÉRO | Décembre 2020

 Cannabis

CHAMBRE DES REPRESENTANTS DES ETATS-UNIS | Un projet de loi voté sur la dépénalisation fédérale du cannabis

 Cannabis

ONU | Selon la Commission des stupéfiants le cannabis peut avoir un usage médical

 CBD

EIHA | La Commission européenne qualifie le CBD de nourriture